dimanche 24 janvier 2016

N° 258 : R U Ready 2 Get On Down (Croatia Squad, Stephanie Mills, Michael Jackson...)



PLAYLIST : 

  • Mr MOON feat. Desy "Gonna Give You" (Richard Earnshaw Remix)
  • REEL PEOPLE feat. Tony Momrelle "Golden Lady" (Louie Vega Roots Mix)
  • JOHN LEGEND "Ordinary People" (Jihad Muhammad Remix)
  • BLOCK & CROWN "Be Good" (Original Mix)
  • STEPHANIE MILLS "Put Your Body In It" (Gigamesh Master Mix)
  • COGNAC "Incomparable"
  • PLATINUM DOUG "Brown Sugar" (Croatia Squad Remix)
  • CROATIA SQUAD "Back To Life" (Original Mix)
  • THE CHECKUP "Surrender Yourself" (Original Mix)
  • MICHAEL JACKSON "Love Never Felt So Good" (David Morales & Eric Kupper Mix)
  • CHAKA KHAN "Love You All My Lifetime" (Garage Mix)

samedi 9 janvier 2016

N° 257 : Get Your Groove On (Maysa Leak, Paul Oakenfold, Zapp, Casual Connection edits...)




1/ MAYSA "Simpatico" : originaire de Baltimore (Maryland), Maysa Leak embrasse la carrière en tant que choriste pour Stevie Wonder dans les années 80 avant de rejoindre Jean-Paul "Bluey" Maunick créateur du groupe d'acid-jazz Incognito et d'en devenir la chanteuse officielle quelques temps plus tard.
Une voix rauque, puissante et chaleureuse que le monde de la house music découvre en 1993 avec le tube Givin' It Up remixé par Roger S, quand les puristes de la soul apprécient plutôt ses talents sur la reprise de Don't You Worry 'Bout A Thing de Stevie Wonder.
En 1998, Jocelyn Brown la rejoint sur un titre éternellement panthéonisé de la soulful house, Nights Over Egypt, créé quelques années plus tôt par le très "gnangnan"  trio The Jones Girls.

A son actif, 12 albums solo passés inaperçus en France car trop élégante pour recevoir un écho favorable de la part des programmateurs radio adeptes du bourrinage en règle pour des auditeurs abêtis auxquels il faut dégager du "temps de cerveau disponible" pour leur faire avaler toutes les couleuvres des insidieux plans marketing. Voilà pour la première diatribe de 2016 ! La prochaine dans quelques paragraphes.

J'ai choisi Simpatico, extrait de l'album Metamorphosis sorti en 2008, pour démarrer de manière sage et tranquille ce set (qui ne tardera toutefois pas à lâcher les chevaux).

2/ YO YO HONEY "Groove On" (Perfecto Mix) : un mix délicat de l'anglais Paul Oakenfold, icône du dee-jaying britannique, initiateur des premières soirées au son balearic à Londres et plutôt éclectique dans ses choix, bien que progressivement tourné vers la trance Goa (Grace, BT, le label Perfecto). On lui doit des mixes épiques comme celui de Unfinished Sympathy de Massive Attack, Even Better Than The Real Thing de U2 ou encore Generations Of Love de Jesus Loves You (Boy George).

Groove On fit également l'objet d'une lancinante version house de DJ Pierre, mais j'ai découvert il y a quelques jours une revisite "rare groove" réalisée par l'anglais Soulpersona, toujours très inspiré dans ses remixes de classiques.

3/ BEATS INTERNATIONAL "Won't Talk About It" (One Big Bad World Mix) : le son est hélas un peu pourri, faute à une loop saturée par Norman Cook.

4/ INNOCENCE "Natural Thing" (Creation) : un  groupe familier des oreilles des auditeurs de la radio Maxximum au début des années 90. De sa très courte carrière (1990-1992), on aura surtout retenu la version Elevation de ce titre (la face A), qui , dans un break chill-out, emprunte carrément le solo de guitare de David Gilmour sur Shine On You Crazy Diamond.

5/ DJ BUTCHER "However Do You Want Me" : en 1990, le groupe anglais Soul II Soul apparaissait comme un oasis de sérénité au cœur d'un maelstrom de sons acides et tumultueux. Taulier du label Chopshop, Dj Butcher, le DJ grec et non le "Boucher Hip-Hop de Brisbane" qui est un homonyme, réalise une version rare groove de Back To Life totalement respectueuse de l'héritage de Jazzie B.

6/ CASUAL CONNECTION "The Message" (Casual Connection Boogie Funk Rework) : toujours dans le registre des re-dits impeccables, voici Casual Connection, un talentueux DJ originaire de Perth (Australie) dont la liste des méfaits a démarré avec l'EP Sugar en octobre 2014. S'attaquant prioritairement aux vieux funks aux basses slappées, il leur procure une cure de jouvence tout en émondant le mix pour ne retenir que les parties les plus catchy.

Le classique The Message de GrandMaster Flash nous rappelle que le hip-hop fut et n'est hélas plus, progressivement fagocyté par le hardcore et autres pollutions sonores certifiées dont se délecte une bonne partie des jeunes d'aujourd'hui. Dans l'un des villages proches de celui où j'habite occasionnellement, j'ai encore en tête l'image d'un groupe de garçons et filles assis en silence devant un arrêt de bus, les mines tristes et déconfites devant un ghetto blaster bon marché déversant une rythmique et un flow totalement indigents. Sans doute que ces petites nanas rêveraient de quelque chose de plus sexy ou romantique, mais elles semblaient inféodées à la loi de ce que ces petits lascars de campagne leur imposaient.
De cette forme de terrorisme culturel, seules une grande personnalité et une soif de culture peuvent permettre de s'en libérer, mais lorsque que l'on a 12 ou 15 ans, difficile d'échapper à la "loi du Milieu", ce conformisme forcé qui permet de s'intégrer et de se rassurer au sein d'un groupe, si médiocre soit il, quand le choix de l'émancipation fait poindre le risque du rejet et de l'isolement.

7/ NEWCLEUS "Na Na Beat" (Vocal) : ça n'est pas son tube absolu (Jam On It et Jam On Revenge lui sont musicalement supérieurs), mais Na Na Beat témoigne de ce hip-hop froid et synthétique qu'avait proposé (sans grand succès toutefois) ce groupe de NY accoutré de tenues futuristes.

8/ ZAPP "More Bounce To The Ounce" (Casual Connection Edit) : produit par Bootsy Collins, ce morceau de l'été 1980 reste le tube mythique et abondamment samplé du groupe fondé par Roger Troutman. Neuf minutes de riffs, de basses slappées de talk box et de vocoders qu'inévitablement notre ami Casual Connection remanie pour ne garder que les "bonnes mesures" (comme un éditeur présente les "bonnes feuilles" d'un bouquin à des journalistes pressés de donner leur avis sans avoir à s'en pastiller la lecture complète).
En avril 1999, Roger connaîtra une fin tragique, sans doute abattu à coup de revolver par son frère Larry à la sortie de son studio.

9/ TOTO COELO "Milk From The Coconut" (Razormaid) :  un gros tube du Patch Club de La Varenne St-Hilaire en 1983 ! avec son refrain aux allusions grivoises évidentes ("you take the milk from the coconut"), ce girls band anglais éphémère ne se moquait-il pas un peu des respectables Kid Creole & The Coconuts (qui eux-mêmes ne manquait pas de plaisanter sur la chose avec Don't Take My Coconut) ? Les arrangements sont en tout les cas assez proches de ceux de Wonderful Thing ou Stool Pigeon.

10/ ACT "Snobbery And Decay" (Extended) / ACT "Snobbery And Decay" (That's Entertainment) : un fabuleux titre de la fin de l'époque new-wave hélas totalement passé inaperçu. On y retrouve l'ex-chanteuse du groupe Propaganda, l'extravagante Claudia Brücken, accompagnée du dandy écossais Thomas Leer. Le clip très esthétique mais féroce à l'encontre des fastes du show-biz ne rencontra finalement pas un public peut-être désireux d'explorer de nouvelles tendances.

11/ GARY CLAIL "Human Nature" (There's Something Wrong With Me Mix) : joué en décro dans mes émissions du samedi soir en 1991, il s'agit à nouveau d'un mix de Paul Oakenfold. Sorti chez BMG, le titre ne rencontra aucun succès.

12/ DANCEFLOOR OUTLAWS "Panda" : aussi incroyable que cela puisse paraître, le sample est piqué sur Parce Que Tu Crois, un titre mineur de Charles Aznavour qu'avait déjà samplé Dr Dre sur What's The Difference. Je remercie encore le site Whosampled pour m'avoir confirmé une information dont j'avais déjà entendu parler il y a quelques années.

vendredi 18 décembre 2015

N° 256 : From the Slums to the Church



Dernier set de l'année 2015.
Je posterai deux ou trois Top Dance Megamixes avant la reprise prévue le 8 janvier.
Bonnes fêtes à toutes et à tous.

PLAYLIST : 

LOVEBIRDS "In the Shadows" (Lovebirds Reprise)
LANE 8 feat. Lulu James "Loving You" (Moon Boots Remix)
RHODE & BROWN "Under Your Spell"
THE UNDERWORLD "The Afterworld" (After Hours Mix)
THINK TWICE "Waiting For You" (Anthem Dub)
ANITA SOUL "Daylight" (Bollo Club Remix)
JAMIE LEWIS "Something About You" (Original Mix)
ELECTRIC EMPIRE "Always" (Joey Negro Classic Mix)
BE BE WINANS "Thank You" (MAW 12 Mix)
FIRST CHOICE "The Player" (Mousse T's Classic Vocal)

vendredi 4 décembre 2015

N° 255 : Soul Dancing




PLAYLIST :

UNDERGOUND SOLUTION feat. Jasmine "Luv Dancin'" (Extended Vocal)
KATHY SLEDGE "Heart" (Decareydited Uplifting Dub)
INCOGNITO "Givin' It Up" (Roger's Deep Mix)
MONICA DE LUXE "The Temperature's Rising" (Vibe Mix)
95 NORTH feat. Laura Harris "Bring Back The Love" (Club Mix)
OFFICE GOSSIP "Say It" (Lovebirds Dub)
AKABU feat. Alex Mills "Everybody Wants Something" (Joey Negro Strip Mix)
ELECTRONIC YOUTH "I Wish" (Original Mix)
JOSH BUTLER "Got A Feeling" (Bontan Remix - Pleasurekraft Edit )
DISTANT PEOPLE feat. Stephanie Cooke "Send Me" (Reelsoul Full Length Mix)
ASHA EDMUND "Carry Me Over" (Original Mix)

vendredi 13 novembre 2015

N° 254 : no cure for this (Diana Ross, Forrest, Jesse Johnson...)



1/ DIANA ROSS "Love Hangover" (Alternate Version) : à l'écoute de cette version alternative d'une des gemmes du disco, on comprend pourquoi celle-ci est restée à l'état de maquette. Alors que le thème évoque une sorte de nymphomane totalement "accro", Diana Ross se révèle peu convaincue et sensuelle dans l'interprétation de ce qui semble être la première prise. Dès que le tempo s'emballe, le débit de la mélodie trop mécanique altère la magie.
Malgré tous ces défauts, quelques éléments de l'ad lib furent conservés dans la version finale. En 1977, la chanteuse récoltera finalement le Grammy Award de la meilleure prestation vocale féminine, catégorie R'n'B.
Et pour cause ! La diva s'étant montrée quelque peu réticente à s'abaisser à faire du disco, le producteur avait judicieusement transformé la cabine d'enregistrement du studio en mini-discothèque avec une lumière stroboscopique sans compter que quelques boissons alcoolisés généreusement distribuées avaient rendu plutôt euphoriques chanteuse et musiciens.

Le titre fut remixé par Frankie Knuckles en 1993 et repris par Joey Negro en 1995 avec la chanteuse Pauline Henry (The Chimes).
Mc Solaar samplera l'intro pour son tube Paradisiaque.

2/ CONWAY & TEMPLE "You Can Lay Your Head On My Shoulder" (Decareydited Mix) : retrouvé dans mes archives et jamais joué à l'époque où j'officiais, ce titre fut un enième one-shot d'un duo totalement oublié. On retrouve cependant trace de Margaret Conway dans Sure Shot (UK Dub), un mix entendu dans le set de Lil' Louis joué sur Skyrock dans la Max Party en 1992.

3/ STEREO MC's "Lost In Music" (Ultimatum Remix) : Love Is The Message de MFSB est une nouvelle fois mis à contribution pour ce remix. Le tube incontournable de ce groupe londonien reste Connected (1992).

4/ CHUGGIN' EDITS "ATCQ" : un edit fortement ralenti de la version house de Bonita Applebum de A TRIBE CALLED QUEST qu'avaient réalisée Sir Pier et Sid Ashton.

5/ THE DANCEFLOOR OUTLAWS "Get Your Boogie Down" : re-edit du très joyeux Boogie Down du chanteur de jazz Al Jarreau, extrait de l'album Jarreau sorti en 1983 (qui représente une pièce essentielle à toute discographie qui se respecte).

6/ JESSE JOHNSON "Love Struck" (Dance Mix) : dans la veine du Uptown Funk de Mark Ronson & Bruno Mars, mais réalisé près de 20 ans plus tôt.

7/ WHODINI "Magic's Wand" (Extended Mix) : acheté dans une rue piétonne de Francfort en 1982. Un des joyaux du hip-hop alors naissant.

8/ FORREST "Rock The Boat" (Special Extended Version) : le chanteur Forrest, d’origine américaine mais exilé aux Pays-Bas, a toujours réalisé des reprises fadées telles celles de She's So Divine de The Limit ou Feel the Need in Me des The Detroit Emeralds. Il reprenait ici dans une version totalement flamboyante le hit de Hues Corporation (1974).
Il est décédé en 2013 à l'âge de 60 ans.

9/ FOX THE FOX "Precious Little Diamond" (Ben Liebrand Special Remix) : on est jamais mieux servi que par les producteurs locaux. La très pop version originale est métamorphosée par le maître du remix batave Ben Liebrand. Shep Pettibone en sera aussi de son remix pour le marché U.S.

10/ KYLIE MINOGUE "I Should Be So Lucky" (12" Version) : les prémices d'une pop-house dont Stock, Aitken et Waterman seront les démiurges. J'avais trouvé ça un peu mièvre à l'époque, mais les tubes de Rick Astley qui allaient se succéder par la suite avaient fini par me convaincre du bien-fondé de ce style.

11/ THOMPSON TWINS "In The Name Of Love" (Shep Pettibone 1988 Mix) : déjà chroniqué dans le set n° 45.

12/ NIA PEEPLES "Trouble" (JP Luijsterburg Edit) : DJ Fa devrait apprécier cet edit très réussi.

samedi 31 octobre 2015

N° 253 : De Carey's Special Blend



Le temps me manque en cet automne pour vous en dire plus sur mes mixes et les nouveautés house de qualité ne sont pas légion.
Heureusement, le coffre aux souvenirs pullule de bombes souvent oubliées comme en intro ce "Grease...Is The Word" de FRANKIE VALLI, thème du film Grease dont les hits restent You're The One That I Want et Summer Nights.
Le titre étant écrit par Barry Gibb, l'arrangement sonne bien évidemment très Bee Gees.
L'intro a été samplée par David Morales dans le Dave's Home Mix de "A Roller Skating Jam Named Saturdays" de DE LA SOUL.

"Work 2 Do" de YOUNG PULSE convoque l'esprit du AVERAGE WHITE BAND, une formation jazz-funk écossaise des années 70 dont Pick Up The Pieces reste le must-have.

Dans mon cabinet de curiosités, je vous ai également déniché une véritable rareté, un clone de James Brown en la personne de TONY BAXTER avec le titre Screamin' , un classique du Patch Club.

Beaucoup de versions Ultimix souvent épiques, quelques edits maison et des trouvailles breakbeat comme ce fantastique "Power Boots" de DEFKLINE & RED POLO vs DANCEFLOOR qui exhume le classique The Power de SNAP!

Final totalement contemporain avec "Galaxy", une nouvelle merveille de ALEX METRIC qui n'a rien à envier à ce que pourrait proposer un Daft Punk en forme olympique (ce qui n'est plus le cas pour l'instant), et "Harm In Change" de TORO Y MOI, souvenir de mes heures passées à jouer à GTA V.

Playliste :

FRANKIE VALLI "Grease...Is The Word"
YOUNG PULSE "Work 2 Do"
CHRIS REA "Josephine (Decareydited Mix)
QUEEN "Another One Bites The Dust" (Ultimix)
TONY BAXTER "Screamin' "(Decareydited Mix)
CUT TO SHOCK "Put That Record Back On" (Massive Mix)
M/A/R/R/S "Pump Up The Volume" (Ultimix)
HEAVY D & THE BOYZ "We Got Our Own Thang"
TEDDY RILEY feat. Guy "My Fantasy" (Extended Version)
DEFKLINE & RED POLO vs DANCEFLOOR "Power Boots"
HAROLD FALTERMEYER "Axel F" (Ben Liebrand Mix)
ALEX METRIC "Galaxy"
TORO Y MOI "Harm In Change"

vendredi 16 octobre 2015

N° 252 : Back of the Closet (Gibson Brothers, Ritchie Family, Baby 'O...)



1/ RANDOM SOUL "Stumble" (Original) : encore une sublime production deep-house qui risque de passer inaperçue. Elle est l’œuvre du duo australien Yogi & Husky a.k.a. Random Soul.
Ne manquez pas l'album solo couleur nu-disco de Husky avec notamment des titres comme The One ou Riches.

2/ MIKE MAGO "Man Hands" (Kraak & Smaak Remix) : une merveille signée sur le label Spinnin' Deep. La magie opère toujours autant avec les mixes de Kraak & Smaak, subtil mélange de funk lourd et d'ambiances deep. Bien que plébiscitée par de grands DJ's internationaux, la version originale me parait nettement moins captivante.

3/ MAURICE JOSHUA "I Gotta Hold On You" (Maurice's Original Mix) : une des rares compositions de Maurice Joshua (avec le classique This Is Acid) à accrocher le bitume. Le Scat Dub reste le mix ultime mais cette version vocale de Steve Hurley mérite toute notre attention.

4/ 49ERS "Got To Be Free" (E-Smoove's Groovy Mix) : Eric Miller, l'"homme aux 400 remixes", au top de sa forme sur ce tube des 49ers qui aura bénéficié de multiples versions toutes aussi qualitatives.

5/ RAPINATION & KYM MAZELLE "Love Me The Right Way" (The Real Rapino 12inch Mix) : on ne peut faire plus happy house que ce brillant mix qui marche sur les traces de l'école de Chicago tout en optant pour une couleur plus européenne. C'est la diva Kym Mazelle (Useless, Wait, Got To Get You Back...) qui est au lead vocal.

6/ ZHANE "Hey Mr. D.J." (Maurice Club Mix with Rap) : déjà chroniqué dans le set n° 55.

7/ GIBSON BROTHERS "Cuba" (Maxi Version) : Les Gibson Brothers sont trois frères d'origine martiniquaise. Cette fantastique production aux riches arrangements est signée Daniel Vangarde (le père de Thomas Bangalter), a qui l'on doit d'autres tubes moins glorieux comme ceux d'Ottawan.
Cette version remix est un peu moins groovy que la version originale, mais elle bénéficie d'une légère ouverture de break pour autoriser un enchaînement intéressant.

D'autres tubes dans la même veine festive ponctueront la carrière du trio :

  • Que Sera Mi Vida (parfait succédané de Y.M.C.A. des Village People)
  • Ooh What A Life (repris par Joey Negro en 1992)
  • Better Do It Salsa

8/ THE BUCKETHEADS "I Wanna Know" :  resté dans l'ombre the The Bomb, ce titre utilise un sample de Motivation du groupe de jazz-funk ATMOSFEAR.

9/ GYPSYMEN "Babarabatiri" (Tee's Latin Mix) : En 2001, la version originale de ce que Todd Terry nous avait offert de plus frais et dansant depuis bien longtemps. Un sample très intelligemment tiré d'un titre de mambo datant des années 50 et signé Benny Moré.

10/ BABY 'O "In The Forest" (12 Inch) : une production disco extrêmement chaleureuse souvent entendue lors de mes virées nocturnes au Palace dans les années 80. Derrière ce pseudo se cachent deux des plus grands requins de studio : Steve Lukhater (guitariste-chanteur du groupe Toto) et Paulinho da Costa (le plus grand percussionniste brésilien).

11/ THE RITCHIE FAMILY "Brazil" : archétype du disco à paillettes, le groupe Ritchie Family fut fondé en 1975 par Jacques Morali et Richie Rome sur les bases d'un ancien quatuor, Honey & The Bees. L'idée de départ fut de reprendre dans le plus pur style Philadelphia Sound un vieux standard des années 30 nommé Brazil (interprété à l’origine par Francisco Alves). Très vite les radios s'emparèrent de ce titre et les albums s'enchaînèrent suivant le même principe  : une ambiance "rétro" / un continuous playing d'une vingtaine de minutes en face A ou B.

Commercialisé en 1976 sur le label Marlin (sous-label du mythique label T.K. Records), l'album Arabian Nights contient un autre tube mémorable, The Best Disco In Town, lui-même medley des plus gros succès de l'année.