vendredi 21 novembre 2014

N° 229 : The Clever Combination (Technotronic, Seduction, Eric Prydz, Alex Metric & Oliver...)


Ecouter le set

Je viens de voir le dernier clip de Guetta. Çà y est, avec ses cheveux longs et sa barbe, il se prend pour Jésus-Christ ! Je pense que s'il fonde une église aux Etats-Unis, il saura fédérer de nombreux fidèles et réaliser ses mixes sur l'autel en levant les bras au ciel tel un prédicateur hippie des temps modernes.

De mon côté je vous propose modestement un subtil mélange à base de nouveautés et de vieux trucs house des années 80 et tout démarre d'une manière on ne peut plus kitsch ou ringarde (au choix).

1/ et 2/ Non, ce n'est pas l'intro de Quand Tu M'Aimes de Herbert Léonard !!! C'est "Valerie" de STEVE WINWOOD, un titre qui a servi de base au hit mondial "Call On Me" de ERIC PRYDZ.

Call On Me possède cette particularité qu'il a été le premier tube mainstream à utiliser la technique du "side-chain" à savoir réaliser un effet de pompage sur une piste en injectant un pattern de bassdrum dans un compresseur/limiteur. Réglé sur chaque temps de la mesure, il coupe en rythme le son de la piste dans laquelle il est injecté. Il faut bien entendu régler l'enveloppe et l'attaque pour obtenir le résultat souhaité et si tout cela vous semble totalement abscons, jetez un oeil à cette vidéo.
Cet effet un peu fatigant pour les oreilles a colonisé un très grand nombre de productions électro jusqu'à récemment et cette mode, sans doute abhorrée par les mélomanes accomplis, commence à s'estomper depuis quelques mois. Elle disparaîtra sans doute à court terme, à moins que, comme l'effet de filtrage né de la "french touch", elle finisse par s'établir définitivement comme un standard de production.

3/ JOHN NEWMAN "Love Me Again" : la version single me semble un peu ratée, notamment à cause d'un break instrumental totalement inintéressant qui fait tomber à plat la dynamique du titre. J'ai réussi à le squeezer dans ce Ultimix réalisé par Stacy Mier.

4/ PET SHOP BOYS "Suburbia" (Extended) : l'un des top 10 du duo de dandys britanniques. Il figure sur l'album Please sorti en 1986 et sur lequel on retrouve également West End Girls et  Love Come Quickly, des classiques de mon époque Patch Club. Un nouvel et 13e album serait en cours de préparation.

5/ SEDUCTION "(You're My One And Only) True Love" (New York House Mix/ Joey Negro Re-Edit) : ce groupe entièrement féminin fut créé par le duo Clivillès & Cole. Plusieurs titres de l'album Nothing Matters Without Love (1989) dont ceci est un extrait furent l'occasion de remixes absolument prodigieux dont ceux de Two To Make It Right, déjà joué il y a quelques années dans l'un de mes premiers sets.
La version jouée ici est le New York House Mix 2 (retravaillé par Joey Negro) et sur laquelle on peut entendre la voix de Martha Wash. Non créditée sur la pochette à l'époque, la diva poursuivra Sony en justice et obtiendra le versement de royautés.

6/ OUT OF THE ORDINARY "Play It Again" (The Los Ninos Mix) : voilà une vraie rareté de 1989 que j'ai découverte grâce aux archives du magazine anglais Soul Underground compilées dans l'ouvrage Catch The Beat sorti dans la collection DJ History.
Ce bric-à-brac à base de samples de gimmicks house est l'une des premières réalisations de Torsten Fenslau, producteur du groupe Culture Beat décédé accidentellement en 1993. C'était également le DJ du Dorian Gray, club immense que je fréquentais en 1982-83 lorsque j'étais étudiant à Francfort.

7/ YAZZ  & THE PLASTIC POPULATION "The Only Way Is Up" : après s'être fait connaître en featuring sur Doctorin' The House de Coldcut, le mannequin londonien se lance en 1988 dans une carrière solo avec ce premier single. Le follow-up Stand Up for Your Love Rights connaîtra un succès similaire.

8/ TECHNOTRONIC "Pump Up The Jam" (Ultimix) : c'est la chanteuse zaïroise Ya Kid K qui interprète ce tube hip-house. Une fois de plus, c'est un mannequin qui mime le chant sur le clip et qui est crédité sur la pochette. La pauvre Ya Kid K retrouvera son honneur sur les deux singles suivants suite à la controverse que cette affaire avait suscitée.

9/ ALEX METRIC & OLIVER "Hope" (Original Mix) : un breakbeat au texte minimalistes ("Hope, cos' i've learned to cope") qui sample l'intro du remix par Roger S de Love Is The Icon de Barry White (que j'avais présenté avec RLP en nouveauté dans le Skyrock Top Dance en 1991). L'alliance de Londres (Alex Metric) et de Los Angeles (le duo Oliver) pour un résultat décapant.

10/ Restons dans ce breakbeat  follement syncopé avec "Urban Sex" de LIFELIKE & TOMMY BRAVO. Même si les bruits de klaxons viennent un peu gâcher la fête, ce titre qui sample l'accapella de Inner Life (I Like It Like That) reste totalement...jouissif.

11/ AGEBEAT & KOVARY "Talk To Me" (Original Mix) : une production nu-disco aux relents new-wave réalisée par deux DJ hongrois. L'interprétation et les sonorités 80's me rappellent étrangement Pet Shop Boys.

12/ ANDRONICUS "Make You Whole" (Original 12" Mix) : un titre "balearic beat"entendu dans un set de DJ (DJ Deep ?) dans la Max Party en 1992-93.

13/ KASKADE "Angel On My Shoulder" (EDX ReDub) : Ryan Raddon est l'un des artistes-phare de la scène club californienne. Toujours dans les bons coups pour ses remixes, il fait appel ici au suisse EDX pour une version progressive totalement hypnotique.

vendredi 14 novembre 2014

N° 228 : Music 4 Ya Mind (Carol Douglas, Timmy Vegas, Disclosure, Duke Dumont...)



Toujours frappé du sceau de l'éclectisme, un set qui prend sa source au début des années 80 et se jette dans la décennie 2010 et sa deep-house ensorcelante.

1/ FANTASY "Live The Life I Love" : voilà le genre de musique que l'on pouvait entendre l'après-midi sur NRJ au cours de l'année 83. Le public était encore friand de black music et de funky, un style cool et positif qui s'imposait dans tous les clubs. Les formats ne sévissaient pas encore, les stratégies des radios étant encore balbutiantes.
Je connaissais le groupe canadien Fantasy depuis 1980 grâce à leur tube You'Re Too Late (déjà joué dans le set n° 65). Je ne crois pas que Live The Life I Love, pourtant excellemment produit, ait eu une carrière mirobolante. Beaucoup d'entre vous le découvrirons sans doute à l'écoute de ce set.

2/ TIMMY VEGAS feat. Kerry Davies "Get Yourself Together" (Timmy's B'ham Disco Authority Mix) : si seulement il pouvait sortir chaque semaine un titre old school de cette trempe-là, plus belle serait la vie ! La synthé-basse bien grasse, la rythmique riche en percus, les claps mixés devant, la mélodie entraînante... tout rappelle la "Belle Epoque 80's". Et fort logiquement, c'est sur le label de Joey Negro, le prétorien du souvenir, que cette bombe funky est sortie en 2013.
Timmy Vegas est également à l'origine de trois hits internationaux :
  • SOUL CENTRAL :  Strings Of Life et Need You Now
  • TIMMY VEGAS & UNIVERSE BAND  : Can't Make It Thru Another Day
3/ CAROL DOUGLAS "Burnin'" : elle fut l'une des pionnières du disco au féminin avec son Doctor's Order en 1974.
Burnin' figure sur l'album éponyme sorti en 1978 et construit en "continuous playing", c'est à dire, comme c'était la mode à l'époque, que chaque titre était mixé au suivant. Cela permettait au DJ fainéant d'aller boire un coup ou de draguer au bar pendant ce temps-là.
Un maxi remix de plus de 12 minutes reprenant les deux premiers titres de la face A - Fell In Love For The First Time Today/Burnin' - était d'ailleurs sorti la même année.

4/ RUFUS & CHAKA KHAN "Any Love" (Dim's Classic Mix) : un titre relifté par DJ Mémê il y a quelques années. C'est ce disco empli de vocaux et de violons classieux que j'apprécie particulièrement.

5/ THE SHAPESHIFTERS "Lola's Theme" (Album Version) : l'une des plus fantastiques réalisations de ces dernières années dans le domaine du sampling !!!
Le premier exploit est d'aller dénicher l'intro d'une improbable ballade-guimauve de 1982 (Johnnie Taylor - What About My Love). Le second est de lui adjoindre une mélodie vocale complexe mais absolument catchy.
Respect total pour cette house music qui transfigure ce que certes elle pille, mais qui réinvente en permanence.

6/ DISCLOSURE feat. Mary J Blige "F For You" : le groupe est en train d'entamer sa percée sur le territoire français. J'ai vu une pub TV pour son album  Settle sur Canal + en access prime-time. Certes, les deux titres mis en avant - Latch et You And Me - ne sont absolument pas dans la lignée "UK Garage" de l'album, mais cela permettra peut-être aux béotiens (qui sont hélas largement majoritaires dans ce pays) d'ouvrir leurs oreilles.
F For You convoque la chanteuse de R 'n' B Mary J. Blige pour un résultat éblouissant.

7/ HARRISON CRUMP feat. Tierra Nevaeh "No More Lies" (Sonny Fodera Vocal) : le producteur de Chicago avait commis une version originale dans le plus pur style soulful, mais qui n'aurait jamais franchi l'Atlantique et conquis l'Europe si l'australien Sonny Fodera n'avait apporté une touche deep plus majestueuse.

8/ PHONIC FUNK "Feel The Soul" : un de mes classiques deep house produit par ce DJ néerlandais.

9/ HUXLEY "Can't Sleep" : extrait du EP No Matter What sorti fin 2012. La scène underground anglaise est vraiment au sommet et nous voilà replongés dans le son typique "à la DJ Pierre" du label Strictly Rhythm du début des 90's. Que de bons présages pour l'avenir !

10/ DUKE DUMONT "The Giver" (Original Mix) : Duke Dumont a connu son hit estival avec I Got U (qui reste une "anomalie" dans la discographie du producteur londonien). The Giver, nettement plus dark, est l'un des plus gros tubes house de l'année 2012.

11/ DEEP AURAL PENETRATION "Thoughts Of A Summer Love" (The Brainclub Mix) : déjà chroniqué dans le set n° 53.

vendredi 7 novembre 2014

N° 227 : Garage meets Big Room (Jamie Principle, Copyright, Grant Nelson...)



1/ GREGG DIAMOND "Starcruisin'" (1978) : disparu prématurément à l'âge de 49 ans, ce multi-instrumentiste/compositeur/producteur était le créateur du groupe Bionic Boogie dont les tubes restent Risky Changes et Hot Butterfly.

2/ Hommage à ce disco flamboyant avec "Love Blind" de RIGHT TO LIFE qui en sample le riff de violons.

3/ En 2006, dans son entreprise de revisites de vieux standards house, FRANKIE KNUCKLES s'attaque à l'un de ses tubes datant de 1991, "The Whistle Song", un titre dont s'inspira Bob Sinclar pour Love Generation.

4/ LISA STANSFIELD "Someday" (Classic Reprise Mix) : une version dub absolument magique de Knuckles & Morales qui reste fidèle à l'original.

5/ COPYRIGHT feat. Song Williamson "He Is" (Classic Mix) :  désormais plutôt orientés tribal-house, Gavin Mills et Sam Holt s'intéressaient ici au pur gospel. Le titre est extrait de l'album Voices & Visions sorti en 2008, qui contient d'autres titres fabuleux comme Wizeman, Classic Beat, Never Again. A posséder absolument dans sa discothèque !

6/ DIRECTOR'S CUT feat. Jamie Principle "Your Love" (Directors Cut Signature Mix) : originaire de Chicago, Byron Walton alias Jamie Principle voulut tout d'abord devenir docteur. Musicien passionné par les sonorités de Prince et de la new-wave européenne de Human League ou Depeche Mode, il commence à écrire des titres, mais sans réelle ambition de les voir édités. En 1984, c'est sur les conseils d'un ami qu'il contacte Frankie Knuckles qui avait quitté deux ans plus tôt le fameux Warehouse pour créer son propre club, le Power Plant. En superposant un pattern d'une boîte à rythmes (la technique qui donna son nom à la "house music") sur l'une des compos de Principle, le langoureux Your Love, Knuckles crée la magie et le titre devient rapidement un hymne.
Toujours resté dans l'ombre, le succès considérable en Angleterre du bootleg réalisé pat The Source sur le gimmick de synthé de son titre ne fera qu'ajouter à l'amertume de Jamie Principle de voir défiler une carrière en demi-teinte, même s'il connut quelques dernières fulgurances sous la houlette de Steve "Silk" Hurley (Hot Body, You'Re All I'Ve Waited  4).

7/ PROMONOVA "Fire Burning" (Sonny Fodera Beatdown Remix) : le titre du DJ russe est remixé par Sonny Fodera, le taulier du label sur lequel il est signé.

8/ AGNES "I Need You Now" (Grant Nelson Mix) : Agnes Carlsson est la vainqueur de l'émission de télé suédoise Idol (l'équivalent de Nouvelle Star) en 2005. Autant la version pop originale est tout à fait conventionnelle (préférer le Cahill Radio Edit), autant le mix UK Garage de Grant Nelson est un véritable missile.

9/ GRANT NELSON "Brave New World" : le R.V. de son podcast sur housecallfm.com est toujours un incontournable pour les amateurs de house énergique et de vieux classiques. Je l'ai abondamment joué durant ces dernières années à travers ses productions sur les labels Nice 'N' Ripe et Swing City.
GN reprend ici plus ou moins la ligne mélodique de Swimming Places de Julien Jabre.

10/ BEAUVILLE feat. Jenny Halberg "Living Easy" : un pseudo qui sonne très "chic" et derrière lequel se cache l'anglais Damien J. Carter dont le mix original est présenté ici. Je pense qu'il ne s'agit là que d'une escapade "soulful", ce DJ/remixeur me semblant plutôt orienté Progressive House.

11/ final indie-dance avec une vieille connaissance : SAINT ETIENNE et "Shower Scene (2002). La voix de Sarah Cracknell (que l'on entend aussi sur le hit Nothing Can Stop Us) est toujours aussi enchanteresse. Ce single n'est sorti qu'en Espagne, mais je l'ai découvert sur un album sampler du magazine Les Inrocks.

vendredi 31 octobre 2014

N° 226 : The Delights Of Capua (Nora En Pure, Shazz, Calippo...)



Prolongation du séjour en ce lieu propice à la luxure auditive (qui fut fatal au général carthaginois Hannibal et son armée en leur temps).

BLUE 6 "Let's Do It Together" : une invitation aux plaisirs charnels
HNNY "For The Very First Time" : pour certaines, c'est la toute première fois
CHARLENE SMITH "Too Much For Me" (House Mix) : pour d'autres, trop c'est trop
CALIPPO "All Day" (Original Mix) : quelques obsédés en veulent tous les jours
NORA EN PURE "Come With Me" (Original Mix) : des audacieux veulent ramener l'objet du désir à la maison
SHAZZ "Back In Manhattan" (12inch Old School Mix) : l'un d'entre eux vient de très loin
CHIC "I Want Your Love" (Decareydited Stonebridge Remix) : phrase bateau quand on a pas d'imagination
SWEET MERCY "Happy Days" (Morales Klub Mix) : à l'image du séjour
SAFFRON "Circles" (Classic Dub Mix) : d'aucuns parviennent à s'ennuyer et commencent à tourner en rond
SAM SMITH "I'm Not The Only One" (Armand Van Helden Remix) : l'infidélité est de mise chez les libertines
MIRAGE feat. Gary L. "Everything'Gonna Be Alright" (V.S. Dub) : panneau placé à l'entrée de la ville.

vendredi 24 octobre 2014

N° 225 : Today's House Music (Samantha James, Kink, Rhode & Brown, Rhythm Operator...)



Aussi incroyable que cela puisse paraître, j'ai réussi à concocter un set qui ne puise pas dans le passé, mais dans le creuset de cette décennie, car en effet, sous l'impulsion de groupes comme Disclosure, une house music callipyge et éthérée parvient à surnager dans le monde assiégeant de l'électro bourrine.

Alors, plongeons pour une petite heure dans les délices de Capoue avec cette sélection.

Toute la magie de la house de San Francisco avec SAMANTHA JAMES dont la suavité de la voix le dispute à sa beauté physique.
"Angel Love" est un extrait du merveilleux album Rise sorti en 2007 sur OM Records.
Rise, le titre éponyme, atteignit la 1ère place du Billboard Dance Charts, sans doute grâce au remix signé Eric Kupper.
En 2010, son 2e album conserve les atours de cette "electronic soul" avec des titres comme Amber Skies ou Subconscious.

Autre porte-drapeau de la sexy house californienne, Lisa Shaw s'offre ici un featuring avec le producteur/DJ MIGUEL MIGS pour "Heartbeat" (Original Mix).

DA FRENCH CONNEXION "Breathe" (Amine Edge & Dance Remix) : Da French Connexion est un collectif de DJ's qui officie sur Virgin Radio tous les samedis de 23h à minuit. Si la qualité de la prog' est inégale, elle a le mérite de sortir des sentiers battus par les autres grosses radios nationales comme NRJ et Fun Radio, en proposant des mixes aux tempos apaisés aux alentours de 120 BPM.
Le single "Breathe" sorti en novembre 2013 fait appel à la chanteuse danoise Aura Dione, que je connaissais déjà par son excellente ballade folk "Song For Sophie".
Le remix, tout à fait dans la tendance "voix détunées" actuelle, a été réalisé par un duo marseillais (qui semble se la jouer "bad boys" au vu des photos et de sa bio).

Une house venue de Bulgarie avec Kink et son remix de "Porchlight And Rocking Chairs" de JIMSTER. Très influencé par les sonorités de Detroit et Chicago, Kink m'avais déjà tapé dans l’œil avec son remix de My Man de Lovebirds.

Originaire de Munich, le duo RHODE & BROWN symbolise, tout comme Disclosure, le renouveau de la pure vintage house avec "Joyride", un morceau qui me rappelle You Keep Holding Me Back, un classique de Swing 52 sorti en 1992 sur Cutting Records.
Le maxi, qui comporte une autre merveille (Under Your Spell), mérite d'entrer dans votre discothèque.
Joyride fait aussi partie du tracklisting d'une extraordinaire compilation qu'il faut absolument posséder : TRAXX - The House That Garage Built, en vente dans toutes les bonnes crèmeries. C'est LA compilation qui revendique ce retour aux sources que je n'osais plus espérer.

SURE THING "Holding You Tight" (GotSome Bump-In-The-Trunk Remix) : un remix signé du duo bristolien Alex Homes et Adam Gorsky (GotSome), qui booste un original mid-tempo plutôt funky.

Un "double power" consacré à Stee Downes, dont les apparitions sur les morceaux deep-house sont toujours judicieuses.
Tout d'abord LOVEBIRDS "Want You In My Soul", version instru (ce fut la musique de mon répondeur pendant 3 ans) puis KRAAK & SMAAK "How We Gonna Stop the Time" (Monitor 66 Remix). Deux sucreries que l'on trouve sur tous les étals de Capoue !

JIHAD MUHAMMAD feat. Tamara Wellons "Right Now" : une merveille jazz-house venue de Newark (New Jersey).

SUNLIGHTSQUARE feat. Tasita D'Mour "Heaven Only Knows" (Hippie Torrales & Sunlightsquare Original Mix) : SunlightSquare est un collectif de latin jazz basé à Londres et dont le leader est le producteur italien Claudio Passavanti.
Pour ce single, il fait appel à la chanteuse Tasita D'Mour, que l'on retrouve sur Live In The Summer de Bah Samba, déjà plébiscité dans ce blog.

La boucle est bouclée. Nous étions partis de San Francisco, nous revenons en Californie avec un nouvel extrait de la compilation Traxx, The House That Garage Built, "Anytime" du producteur de Los Angeles RHYTHM OPERATOR.

Vendredi prochain, nous resterons en compagnie d'une house toujours aussi voluptueuse.

vendredi 17 octobre 2014

N° 224 : A Latin Touch (Gypsymen, Tito Puente, Deep Djoe, Hardrive 2000...)




Nous sommes fin 1977. Quelques mois auparavant, THELMA HOUSTON a connu un énorme succès (N°1 du Billboard Hot 100 en avril 77) avec Don't Leave Me This Way, une reprise de Harold Melvin & The Blue Notes.
Pour l'album suivant, on se dit que rien n'est plus sûr que de reprendre une recette qui a bien fonctionné. Hélas, le temps s'est écoulé, des centaines d'autres tubes ont sévi sur les pistes et le public est passé à autre chose.
Pourtant, avec sa fausse piste de l'intro-ballade et sa coda débridée aux tonalités latines, "I'm Here Again" avait tout pour plaire. Thelma Houston, elle aussi, fut victime de la "malédiction du follow-up duplicata".

Heureusement en 1999, POWERHOUSE (alias Lenny Fontana) à la bonne idée de déterrer ce riff de piano entêtant et de lui adjoindre une nouvelle mélodie chantée par Duane Harden (remember You Don't Know Me de Armand Van Helden). "What You Need", single au son plutôt pourrave, atteint la 1ère place du Billboard Hot Dance Music et la 13ème place du UK Dance Charts cette année-là.

"Babarabatiri" des GYPSYMEN : si l'on nous proposait des titres "soleil" de cet acabit chaque été, peut-être que mon opinion sur ce genre de musique évoluerait.
The Gypsymen (a.k.a. Todd Terry) utilise un sample d'un vieux classique latino de 1961 signé Benny More & Perez Prado. L'arrangement tribal de Copyright est d'un swing imparable.

On reste dans cette ambiance cubaine frénétique avec TITO PUENTE et "Para Los Rumberos" remixé avec authenticité par les "Nuyoricans" Louie Vega et Kenny Dope Gonzalez. Entendu dans mes émissions sur Skyrock le samedi soir mais jamais sorti en France.

"Street Player" par CHICAGO (et sa version "Re-Edit") est devenu un grand classique notamment depuis son sampling par The Bucketheads. J'ai eu la chance de l'entendre dans les années 90 au Bataclan dans une soirée Masters At Work avec, me semble t-il, Dimitri From Paris en warm-up.
L'original, assez peu captivant, est de Rufus & Chaka Khan, mais la revisite par Chicago (album Chicago 13 - 1979) avec ses breaks de percussions et de cuivres spectaculaires, est un monument du jazz-funk.

Virage totalement inattendu (comme je les aime) avec un must have de la disco : GARY'S GANG "Keep On Dancin'". J'ai un peu ré-édité la version pour les besoins du set. Ce fut un hit majeur en France en 1978. Excellemment produit, il s'inscrit dans la lignée d'autres hits du groupe comme Knock Me Out, Makin' Music ou Let's Lovedance Tonight.

FISH GO DEEP feat. Tracey K "The Cure And The Cause" (Balearic Soul Remix) : déjà chroniqué dans le set n° 31.

DEEP DJOE feat. Veronica Larenne "Sing 4 U Everyday" (Summer Mix) : le remixeur était fâché avec le calage des voix et des guitares. Impossible à mixer correctement sans passer par un éditeur de son. Il fallait trancher dans l'intro entre guitares à la bourre ou voix qui prennent le train. C'est une production 100% portugaise, Veronica Larrenne étant une chanteuse de soul reconnue dans son pays.

HARDRIVE 2000 "Never Forget (When You Touch Me)" : en novembre 2009, j'avais démarré un set par le Keyapella de ce titre, voici le Dance Ritual Mix. Dommage que Louie Vega ne soit plus aussi prolifique que par le passé dans ce genre de productions.

Final avec un titre garage qui met en valeur la voix parfaite d'Amanda Wilson"Underneath My Skin" de NICK BRIDGES. La version originale ne vaut pas grand chose mais ce Kinny's Soul Revival Mix" est un must have absolu, tout comme la version chill out du même remixeur (a.k.a. Craig Hardy).

La semaine prochaine, pas de flash-back mais un set totalement consacré à des productions house récentes.

vendredi 10 octobre 2014

N° 223 : Skyrock 90's Dance (Secchi, Corona, Space Master...)



1/ SECCHI "I Say Yeah" (Curiosity Mix) : comme pour le "follow-up" Keep On Jammin', une programmation quasi hebdomadaire à mes débuts au mix dans le Skyrock Top Dance.
C'est le premier tube de ce Dj italien qui connaîtra une carrière assez éphémère et dont j'avais également retenu le titre Play That Song, dans un style rap-acid jazz.

2/ ROZLYNE CLARKE "Dancin' Is Like Makin' Love" : je l'ai également beaucoup rabâché bien qu'il n'atteigne pas le niveau des deux premiers singles Eddy Steady Go et Gorgeous. C'est alors qu'elle jouait à Londres dans la comédie musicale Cats que Rozlyne Clarke fut remarquée par le producteur Nicolas Skorsky, qui s'empressa de lui écrire un album en confiant la réalisation artistique au prodige du moment, Eddy Beatboxking. Il faut dire qu'à la réécoute de ses remixes 25 ans après, la qualité du son et des arrangements n'ont pas souffert de l'ouvrage du temps.

3/ YANKEES "I Can't Feel It" : tube antérieur à mon arrivée sur Skyrock, il me semble tout à fait inspiré de I Can't Stand It de Twenty 4 Seven. C'était l'époque où la fameuse loop de Hot Pants de Bobby Byrd  revenait dans environ 584 productions chaque année (dont celles de Steve "Silk" Hurley d'ailleurs).
Le pied était tellement surmixé qu'il a fallu en calmer les ardeurs à l'EQ.

4/ Mr LEE "Get Busy" : la preuve encore avec ce titre de hip-house sorti en 1989 ! Autre tube notable, Pump That Body (1990). Ecoutez Benny B et vous aurez la version belge de ce style né à Chicago.

5/ REEL 2 REAL "I Like To Move It" (Reel 2 Real Dub) : je suis fier d'avoir pu me procurer un test pressing Strictly Rhythm en Direct Metal Mastering (DMM) de ce titre et de l'avoir joué en soirées avant qu'il ne devienne un tube. Je pense qu'aujourd'hui, grâce à ses couplets raggamuffin et son gimmick térébrant, il continuerait de faire exulter les foules en club.

6/ GREED "Pump Up The Volume" (Original DMC Mix) : un savant mélange de Reel 2 Real et de Nightcrawlers.

7/ SPOOKY "Schmoo" (Original Version) : c'est totalement hors contexte puisque je ne l'ai jamais joué sur Skyrock, mais c'est tellement bon a réentendre. Spooky est avec Bass-O-Matic, React2Rhythm et Leftfield les artistes majeurs de ce label underground londonien fondé par William Orbit.

8/ T.F.O. "Just Keep In Your Love" (Farfikaya Mix) vs. (House Mix) : c'est là toute la richesse de la dance italienne à son apogée en 1992, capable de commettre des versions New Jersey Garage, trance ou bien totalement eurodance.
Le titre était sorti en France chez Airplay, mais je n'ai pas souvenir qu'il ait brillé dans les classements, ce qui n'était pas un drame puisque le juteux marché des compilations permettait toujours de rentrer dans ses frais.

10/ JOY SALINAS "Bip Bip" (Fargetta Remix) : excellent remix de Fargetta ! un refrain et un gimmick techno mais des couplets aux accords garage... une symbiose tout à fait méritoire.

11/ CORONA "The Rhythm Of The Night" : je ris aujourd'hui d'avoir naïvement cru à l'époque où je présentais le Hit Des Clubs et que je j'étais invité aux divers show-cases parisiens organisés par les labels, que la brésilienne aux jambes infinies et aux longs dreadlocks était la véritable chanteuse - la systématisation de ses apparitions en play-back aurait dû me mettre la puce à l'oreille-. C'était en fait une choriste du nom de Giovanna Bersola, non créditée, qui assurait les voix et c'est elle que l'on retrouve aussi sur le hit The Summer Is Magic ! Tant de supercheries (comme avec l'affaire Cappella) ne pouvaient qu'apporter de l'eau au moulin des détracteurs de l'eurodance qui, tel le mouvement Disco Sucks en 1979, finirent par avoir la peau de cette pop music illégitime.

La "fausse" Corona est passée samedi dernier dans l'émission de Patrick Sébastien  Les Années Bonheur, mais ça ne pose de problème à personne.

12/ SPACE MASTER "I Need You" (Master Mix) : Cutmaster et moi-même étions fans de ce concept imaginé par le producteur italien Pieradis Rossini.
Cette voix déchire tout ? ne cherchez pas bien loin, c'est celle de l'incontournable Loleatta Holloway dans Crash Goes Love, un titre freestyle sorti en 1984 (d'ailleurs très similaire à Baby Talk de Alisha) et dont un accapella avait été commercialisé en 1992, date de sortie de I Need You. L'opportunisme italien avait encore fait des siennes !

13/ MALCOM McLAREN "Magic's Back" (Techno Mix) : je l'ai toujours joué en tant qu'import dans les Top Dance megamixes. Il fait partie de la bande-son d'une série télé anglaise dont je n'ai jamais entendu parler.
La version originale très mainstream est à mille verstes de cette épique version techno qui n'a presque rien conservé de la voix d'Alison Limerick.

14/ FAR TOO LOUD "Turn It Up (Desibel)" (Vocal Mix) : final avec un disciple des Prodigy. Far Too Loud est un brillant représentant du style "Nu Breaks", qui se caractérise par un arrangement déstructuré, l'abondance de collages sonores de petits samples et l'emploi délibéré de sons agressifs (souvent issus de plug-ins comme Massive ou Reason). Il y a un refrain, certes, mais ça n'est évidemment pas ce qui retient l'attention.
Ça ne passera jamais sur NRJ et ça se consomme à petites doses, mais ça mérite qu'on y prête une oreille attentive car c'est un véritable travail d'orfèvre et je n'imagine pas le nombre d'heures nécessaires à fabriquer de tels morceaux.